The end…

Et voilà j’arrête ce blog… Il ne correspond pas tout à fait à ce que j’ai envie de vous faire partager, et puis le site qui héberge mon blog n’est pas au top…

Donc je vous propose, si vous avez envie de me suivre, de retrouver mon nouveau blog ici:

http://unamourdeprincesse.hautetfort.com/

 

Gros bisous, à ceux ou celles qui voudront continuer de me suivre, à très vite et surtout merci.

Un grand merci aussi à ceux qui m’ont lu… C’est toujours un plaisir de voir que nos sujets peuvent interresser ou toucher d’autres personnes. Merci de m’avoir soutenu et accompagné.

bisous

Publié dans : Non classé | le 3 septembre, 2009 |Pas de Commentaires »

Le coeur de la rose

Bonjour tout le monde,

Cela fait un moment que je n’ai pas bloggué. Je m’en excuse, mais je manque de temps et d’inspiration, pour être tout à fait franche…

Ces derniers jours, ont été consacré à la recherche d’emploi (mon dieu quelle galère!!), à la mise en place de mes cours par correspondance, à la lecture et à la cuisine. Donc en soi, rien de palpitant. Mais, pour vous montrer que je ne vous oublie pas, j’ai décidé de rédiger un post sur l’un de mes centres d’interêt : Marie-Antoinette. Bien entendu, je ne me passionne pas seulement pour cette infortunée Reine, mais pour la royauté en générale. Seulement je ne vais pas vour barber en faisant un cours d’histoire, mais plutôt vous parler d’un ouvrage que j’adore lire et relire.

Il s’agit de « Mémoires de Madame Campan, première femme de chambre de Marie-Antoinette ». J’ai lu de nombreux livres consacrés à cette Reine, notamment : l’un de Gérard  Messadié, et l’autre d’Antonia Fraser. Les deux s’intitulent Marie-Antoinette. Mais ma préférence va aux mémoires de Madame Campan.

ma2.jpg

Bien sûr, il est tout sauf complet, puisque totalement partial. En effet, la première femme de chambre était tout particulièrement dévouée à Sa Majesté, mais plus que cela, elle l’aimait. Donc sans aucun doute, elle passe sur les erreurs de Marie- Antoinette, où si elle en fait mention, c’est toujours en l’excusant au préalable. Mais plus que des vérités historiques, elle nous livre le caractère de cette « héroïne ».

J’aime au fil des pages découvrir le mode de vie de l’époque, et particulièrement celui de la Reine. Je suis attendrie lorsque Madame Campan, parle de l’amour et des soins que la Reine porte à ses enfants. Je suis émerveillée quand elle fait référence au goût très prononcé de M.A pour la mode. Je me dis alors « ha même si nous traversons les siècles, pour remonter bien loin en arrière, nous restons des femmes. » J’aime vivre par procuration et pure imagination les soirées festives que Sa majesté organise, ou se rend.

Qui n’a jamais rêvé en mettant les pieds au petit Trianon, de voir soudain M.A, déambuler à ses côtés? L’imaginer dans une robe d’une magnificence inégalable, mais à la fois simple… Entourée, des animaux domestiques, qu’elle semblait tant apprécier. A chaque fois que je me rends dans ce lieux, qui est selon moi magique, je ressens un petit pincement au coeur.

On pourra dire que M.A, a délaissé son rôle de Reine, se laissant aller à des choses plus légères et éphémères. On pourra la condamner. Mais quand on y réfléchit bien, elle a juste voulu sortir du carcan qu’on lui a imposé. Elle n’a pas l’envie d’être simplement une mère. Ou devrais-je dire plutôt, la mère du Dauphin, puisque sa fille a visiblement très peu d’importance pour la royauté. Qui la blâmerait pour cela à notre époque? Personne! Nous avons toutes le droit de nos jours, d’être celle que nous souhaitons être. Bien sur mère, mais pourquoi pas en plus,chef d’entreprise, ou artiste… Le problème de M.A, est que son époque ne lui convenait pas.

J’aime le tableau valorisant, que brosse M.C de cette femme. En lisant les ouvrages d’Histoire, j’ai surtout retenu de lourdes charges contre Elle, et je trouve cela dommage.

Dans ses Mémoires, M.C, décrit une femme sensible, qui aime l’art. Une personne délicate… La musique est sa passion. Et j’admets être charmée à l’idée de l’imaginer en train de jouer du clavecin, des musiques de Mozart, Gluck, ou encore Guétry dans son cabinet. Cette image me touche profondément. Peut être que certains diront que je suis mièvre au possible…Tant pis…

marie20antoinette20musique.jpg

Marie-Antoinette, est à mes yeux, un symbole féminin fort. Comme je l’ai souligné plus haut, Elle était simplement en avance sur son temps. Elle mène sa vie « comme Elle l’entend ». Bien sûr, il faut prendre en compte l’époque à laquelle se déroule ces évènements. Elle ne pouvait décemment pas claquer la porte, et jeter sa couronne. Le fait d’être Reine impliquait aussi beaucoup de devoirs, et sa liberté était de ce fait limitée. Mais sa façon de fêter quand elle le souhaitait, ou de rejeter l’étiquette, montre son envie d’exister pour Elle et part Elle. 

Femme forte d’accord, mais femme avant tout. Tout au long du récit que M.C nous fait de la vie de M.A, on découvre une femme dévouée à son mari et à sa famille. A plusieurs reprises, lorsque leur fin approche, Elle a l’opportunité de s’échapper. Mais elle refuse de leur faire, préférant rester auprès des siens.

Forte aussi de part son caractère. Elle subit les pires outranges, sans rien ne laisser paraître de sa souffrance. Elle se rend à la mort (en ayant conscience du sort qu’il l’attend), avec toute la dignité qui convient à une reine. Et même lorsqu’Elle est trahit à plusieurs reprises par des individus proches ou non, Elle sait accorder son pardon.

Marie-Antoinette, est une Reine à la fois de beauté, d’élégance, d’amour, et de générosité. C’est pour cela que j’aime tant cette « biographie », parce qu’elle dévoile un être merveilleux, dont la faute était sans nul doute de ne pas être prêt à régner.

ma1.jpg

Publié dans : littérature | le 2 septembre, 2009 |2 Commentaires »

Note en vrac…

Kikou,

Pour aujourd’hui pas de sujet précis… Juste des constations, des envies, des questions, en somme peu de constructif, mais beaucoup de futilités. Mais cela fait du bien parfois!

.J’ai enfin testé ma yaourtière! J’admets que c’était un achat un peu compulsif. Le site ventes privées, proposait une vente de robots de cuisine (mon pêché mignon…Embarasse). J’ai vu qu’il faisait la yaourtière en question à un prix plus que raisonnable. Je me suis dis pourquoi pas? On avait acheté cela à mon beau père pour la fête des pères (et oui, je sais je suis bizarre, je n’ai pas dû bien comprendre le sens de cette célébration, hi hi!), toujours est il qu’avec mon chéri et ma belle soeur, on trouvait que c’était une idée plutôt sympa que de lui offrir. Finalement c’est uniquement ma belle soeur qui s’en sert, mais bon on ne peut pas avoir bon à tous les coups… Du coup, c’est aussi elle, qui m’a fais goûté ces yaourts fait maison. Et là, grosse déception. Moi qui suis une adepte du fait main, j’étais déçue de ne pas aimer ses yaourts. Mais je trouvais le goût beaucoup plus fort, que celui des produits que l’on peut acheter en grande surface. Donc, j’en ai mangé une fois et basta! Par contre mon chéri d’amour, adore cela! Surtout ceux, réalisés avec du chocolat en poudre. C’est donc avant tout (voire uniquement) pour lui faire plaisir que j’ai investi dans cet appareil. Et voilà que je me lance hier! La « fabrication » du yaourt en lui-même est très rapide. Même pas 5 minutes… C’est le passage du statut de lait chocolaté, à celui de yaourt qui est long, très très long. Il faut laisser les pots au moins 8h dans la machine, et jusqu’à 10h. Moi je les ai laissé 8h30. Que je vous précise tout de suite, je ne sais pas si c’est le laps de temps idéal, mais étant donné que je les ai mis en début d’après midi,et que ça bip à trois reprises quand le processus est terminé, je n’avais pas envie que cela réveille tout le monde en plein milieu de la nuit. J’avais donc un peu peur que mes yaourts n’aient pas pris,mais finalement ils sont parfaits! Onctueux, crémeux comme je les aime! Je suis donc très contente du résultat, et de ce fait, je pense échapper aux yaourts industriel! Youpi! Et voici cette petite merveille!

achetersorbetiereyaourtiereorva14968443110.jpg

 

. Je ne sais pas comment sont vos hommes mesdames, mais le mien est du genre à ne pas faire une tonne de compliments et à croire que son silence exprime un tas de choses. Je vous explique. Cet après midi, il me passe un petit coup de fil (ha…il pense à moi mon amoureux…), nous discutons de tout et de rien, quand il me glisse un « tu me fais des cookies pour mon goûter? » (hou le grand enfant, et le mufle je savais qu’il voulait quelque chose! lol). Moi gentille et attentionnée comme je suis, je me lance dans la confection de savoureux cookies. Sauf que lorsque mon chéri arrive (une rose à la main svp!!!), les cookies sont encore chauds, et que de ce fait il faut attendre un petit peu avant de pouvoir y toucher. Il se jète alors, sur un de mes yaourts fait maison. J’attends un commentaire de sa part. J’ai toujours besoin de savoir si ce que je cuisine lui plait, ce que je pourrai modifier, etc… Il ne dit rien… Là je me dis oups ça ne sent pas bon ça… Seulement, je note quand même qu’il englouti son yaourt… Bon je me risque à lui demander, si il aime. Réponse: « ba non je le mange, mais je n’aime pas… » Mouais c’est le genre de phrases qui me donne envie de lui arracher la langue et lui crever les yeux (et oui rien que ça). Mais mon petit cerveau de petite femme un peu sauvage, me suggère de faire l’impasse sur la violence (je serai perdante…), et de réfléchir à sa réponse. Et là, boum illumination! « La parole est d’argent, mais le silence est d’or ». Lorsqu’il ne bronche pas, c’est qu’il est satisfait! Rouh la, la, messieurs qu’est ce que vous êtes compliqués! Je crois que je devrai me lancer dans l’écriture d’un dictionnaire pour NOUS les mesdames, pour Vous comprendre messieurs! Mais en attendant d’avoir suffisament de matière (parce que vous êtes encore une grosse égnime pour moi), je vais plutôt investir dans le best seller de John Gray « les Hommes viennent de mars, les Femmes viennent de Vénus »…

pinupcuisiniereelvgren.jpg

 

J’avais initialement prévu d’aborder davantage de sujets, mais finalement je me dis que cette note est déjà suffisament longue. Donc la suite, au prochain épisode!

Bisous

Publié dans : my life | le 26 août, 2009 |4 Commentaires »

Lehaïm : A toutes les vies!

Saloute,

Vous allez bien? Pour changer, je vous dirai que tout va bien pour moi! Hi, hi!

J’ai envie aujourd’hui, de vous faire partager ma dernière lecture. C’est un « romanquête », écrit par Michaël Sebban. L’auteur est juif, et dénonce le fort antisémitisme qui existe dans notre société.

L’auteur est un philosophe-surfeur. Un bobo dans l’âme qui aime les petits bars de quartiers,et les zincs à l’image de ceux qui peuvent exister au bled. Il aime les cigares, le whisky…Il n’aime pas les quartiers chics de Paris, et ses habitants snobinards…

Il enseigne dans un lycée de Belleville (dans le 93), à de jeunes Arabes. Au fil des pages, on découvre la haine que portent en eux, les musulmans envers la population juive. On est tour à tour outré, choqué, blessé par les propos tenus par ces jeunes ou parfois moins jeunes musulmans à l’encontre des juifs.

Il ne s’agit pas de faire le procès des Arabes loin de là. Je ne fais que retranscrire le sujet de l’auteur. Je ne suis pas spécialement convaincue que les musulmans portent en eux une haine plus grande, que certains français envers les juifs. Cependant il n’est question que d’orientaux dans le texte. Ce que je trouve bien dommage d’ailleurs… Enfin bref, là n’est pas la question.

Le livre soulève plusieurs sujets pour le moins facheux. Non seulement l’antisémitisme, mais aussi le problème de l’intégration. A plusieurs reprises au cours du récit,les personnages que fait parler Michaël Sebban, disent clairement qu’ils ne se sentent pas Français et qu’ils emmerdent la France.

Ce livre a été rédigé il y a déjà quelques années, mais cette question reste tout de même d’actualité. Nombre de jeunes vivant en cité ne se sentent pas intégrer, et encore moins Français. C’est une situation pour le moins étrange, surtout quand se sont des personnes qui sont nées sur le territoire. Comment expliquer cela?

lehaimmichaelsebban.jpg

Je ne suis ni musulmane, ni juive, je n’ai jamais vécu en cité, mais cela ne m’empêche pas de me sentir concerner quand je lis ce roman. Parce que ces questions, ne sont pas celles d’une ethnie, d’un peuple, d’une catégorie sociale. Non elle est l’affaire de chacun d’entre nous.

Je ne joue pas dans le patriotique, mais seulement dans la prudence. Car à trop laisser la situation s’enliser, à ne pas chercher le pourquoi du comment, la haine, la colère et l’incompréhension grandissent chaque jour davantage.

C’est parce que je ne suis pas raciste, et que je crois qu’en tout être humain il y a du bon, que je me permets d’écrire sur ce sujet. Parce que si un tel témoignage existe, c’est bien entendu pour dénoncer un fait grave. Mais également pour nous donner un signal d’alerte. Attention ne vous laissez pas entraîner dans le vice de la méchanceté stupide et gratuite,ne pas cautionner ce qu’il peut y avoir de pire- à mes yeux- dans ce monde l’intolérance.

Il ne s’agit pas seulement d’Arabes et de Juifs. Parce qu’un Africain pourrait être le même récit en impliquant les Français blanc, un Asiatique, un Antillais, un Portuguais ou un Italien. C’est une question universelle et plus que jamais d’actualité. C’est une question que chacun doit se poser, pour changer à son échelle ses idées préconçues pour faire de ce monde quelque chose de plus beau.

Chaque peuple a écrit son histoire. Chaque peuple, a connu et infligé sa part de blessures, de douleur, de souffrance… Chaque peuple, paie aujourd’hui ce qu’il a fait hier… Prenons l’exemple des Allemands. Je suis convaincue qu’un grand nombre d’entre eux, ne sont pas des petits hitler, ou de grands nazis. Pourtant, cette image de barbares, de monstres cruels et sanguinaires leur colle à la peau.

Tout le monde doit porter le poids de ses erreurs. Les Palestiniens et les Israëliens, ont aussi un passé en commun plus que chargé et douleureux. Mais c’est justement du passé. C’est pourquoi il est grand temps pour nous tous de faire un pas en avant. Notre Histoire est importante, parce qu’Elle construit notre idendité, mais Elle ne doit pas être source de barrières…

Bisous

 

 

Publié dans : littérature | le 23 août, 2009 |Pas de Commentaires »

J’aime le sucre!

Coucou,

Ca va? De mon côté c’est la grande forme! Cette semaine,j’avais envie de tester de nouvelles recettes de desserts, ras le bol des cookies, gâteaux aux yaourts ou chocolat, etc… Je voulais tenter de faire quelque chose de plus raffinée… Oui monsieur!

Je me suis donc lancée dans la réalisation de tartelettes! J’ai littéralement saliver en trouvant cette recette mêlant chocolat blanc et framboises sur le site de marmiton. J’adore ces deux parfums, je me suis donc dis que l’association devait être parfaite. Ni une, ni deux- faute d’avoir les ingrédients- je file à Leclerc faire mes courses et je la teste le soir même.

Première déception, elles ne sont pas aussi jolies que je l’espérais… En même temps, je reconnais que c’est entièrement ma faute. J’ai investit dans de bons moules en silicones (investissement que je ne regrette pas du tout, je n’ai plus aucun souci quand le moment du démoulage arrive, et ça, ça n’est que du bonheur!), seulement, le silicone n’est pas une matière rigide. Donc quand il a fallu mettre le moule au frigo pour figer la tartelette, le chocolat blanc à couler, s’est mélangé à la framboise, du coup ça ne faisait vraiment pas joli joli à voir. La prochaine fois, je saurai qu’il faut également sortir la plaque du four, pour que le moule reste stable.

Deuxième déception: j’ai trouvé la recette, beaucoup trop sucrée… Pourtant j’avais déjà réduit la quantité de chocolat blanc indiquée.

A cause de tout ça, j’étais vraiment déçue de la recette, et surtout de moi. Mais mon chéri est rentré, bien évidemment s’est rendu directement dans le frigo (ah les hommes et leur bidou!), et les a toutes avaler! J’étais donc toute contente! Parce qu’il faut savoir, que Mr mon chéri est très très difficile au niveau culinaire. Donc quand il apprécie, j’ai vraiment de quoi me réjouir.

C’est pourquoi, je me décide tout de même à partager ma recette avec vous! En espérant que comme mon doudou vous aimerez.

Préparation : 30 min

Cuisson: 15 min

Ingrédients (pour 4 personnes):

-1 pâte sablée

-250g de framboises

-55g de sucre en poudre

-200g de chocolat blanc (perso, j’ai jugé que 100g c’était largement suffisant)

-25 cl de crème liquide

-beurre

Préparation:

I) Préchauffer le four à 180°C (th.6)

II) Découper à l’aide d’u emporte pièce ou d’un verre la pâte à la dimension des moules. Buerrer et fariner les moules à tartelettes. Mettre la pâte dans les moules, la piquer à l’aide d’une fourchette pour éviter les bulles d’air. Mette au four 15 min environ.

III)Dans une casserole mélanger les framboises et le sucre. Faire mijoter les framboises à feu doux.

IV)Faire fondre le chocolat blanc au bain marie. Fouetter 20cl de crème liquide bien froide en chantily. Mettre les 5 derniers cl dans le chocolat blanc. Incorporer doucement la crème fouettée au chocolat fondu.

V) Mettre les framboises écrasée au fond des tartelettes, puis le mélange chocolat blanc/ crème liquide.

VI) Réserver au frais une bonne heure pour que le mélange se fige.

VII) Décorer à l’aide de framboises sur le dessus si vous le souhaitez!

tartelettes600x220.jpg

Voilà mesdames!

Bisous

 

Publié dans : cuisine | le 23 août, 2009 |5 Commentaires »

mélo…mélo…mélodie…

Saloute,

Tout le monde se porte bien aujourd’hui? bon ben c’est cool! Tout va bien pour moi aussi, je vous remercie (hi,hi!)

Cela va d’autant mieux, que j’écoute en boucle la voix suave et envoutante de la charmante Melody gardot. J’adore cette chanteuse! Ce mélange de jazz et de folk me transporte à tous les coups à des kms. Encore plus haut que le paradis. C’est un endroit connu seulement par les initiés au plaisir de la vie. J’en rajoute un peu, n’est ce pas? Mais, je suis une grande fan de musique. Mes placards ne débordent pas de vêtements (quoique…), mais de Cd. Et c’est assez rare, qu’un artiste me fasse plâner à ce point. ( Pas de méprise, je n’ai pas arrêter la clope pour me mettre à un style de fumette plus parfumée…). Son style est si bon… Ha…Je l’aime.

 melody2.jpg

Mais il est temps que je vous en dise un peu plus sur sa personne…

Melody Gardot est une chanteuse et auteur-compositeur étatsunienne de Philadelphie. Son style est fait de jazz vocal mâtiné de folk.Elle naquit dans le New Jersey en 1985. Polytraumatisée avec lésions cérébrales sévères à la suite d’un accident à l’âge de 19 ans (elle est renversée par une voiture), elle se remet grâce à la musicothérapie. A l’époque elle était déjà pianiste, mais durant sa longue rééducation, ses blessures l’empêchent de pratiquer son instrument de prédilection. C’est donc vers la guitare qu’elle se tourne, et c’est sur ce lit d’hôpital que naquirent ses chansons. Un premier EP 6 titres sort et reçoit un très bon accueil critique. Melody est repérée par une maison de disque. En 2008 sort son premier disque, qu’elle a entièrement écrit et composé. C’est un succès et critique et commercial. Elle fait des concerts et prépare un second album. Cet album sort en 2009 et c’est un véritable triomphe. Melody est comparée à Norah Jones et à Diana Krall.

melodygardot2556068153608bc03391.jpg

 

On dit quoi? Merci Wikipédia!

Bon, je vous laisse foncer sur Deezer et « kiffer »…

Bisous

Publié dans : musique | le 21 août, 2009 |1 Commentaire »

Tu veux une clope?

Non merci!

Aujourd’hui, grande décision : arrêt du tabac! Hou la la, rien que d’écrire cela je transpire à grosses gouttes… J’adore la cigarette! Et non je ne suis pas comme toutes ces personnes, qui arrêtent la cigarette, parce qu’ils en sont dégoûtés. Moi, je stoppe uniquement parce que j’ai une conscience (je m’en passerai bien parfois, je vous jure…)

katemoss794871.jpg

Je discutais avec une amie hier, qui a elle aussi décidé de dire NON AU TABAC, et elle m’expliquait les raisons de sa décision. Je ne vais pas vous conter l’histoire -parce que l’important n’est pas de faire pleurer dans les chaumières- mais elle m’a permis de comprendre que je ne pouvais plus me montrer si égoïste. Je suis maman d’une ravissante petite princesse, j’ai un amoureux qui a encore envie de vivre avec moi pendant de longues et belles années (enfin j’ose le croire…Clin doeil), une famille et une belle-famille qui m’aiment, des amis fidèles, enfin bref tout un tas de personnes à qui je m’en voudrai terriblement de faire du mal…

En effet existe t-il plus douloureux, que de voir les personnes que l’on aime souffrir? puis agoniser? Je ne veux pas rendre malheureux tous ces êtres que je porte dans mon coeur, juste pour quelques minutes de plaisir.

Alors bien sur mon petit moment relax, où je fumais ma clope va me manquer… Bien sur, que je ne prendrai plus de café, faute de pouvoir griller une clope en même temps… Bien sur que je voudrai arrêter de manger, parce que comment je vais faire moi, après le repas pour ne pas entamer ma digestion par une petite cigarette??? hou la la, c’est horrible!

kate.jpg

Bon, il faut que je garde en tête, que toutes ces cigarettes que je ne fumerai pas, seront autant de moments passés avec toutes ces personnes qui chaque jour contribue à mon bonheur.

Souhaitez moi bon courage!

bisous 

 

Publié dans : my life | le 18 août, 2009 |6 Commentaires »

croque moi, croque moi!

Bonjour à tout le monde!

Dans un premier temps, je tiens à m’excuser parce que par erreur j’ai effacé plusieurs des commentaires qui m’ont été laissé ces derniers temps. Donc je tiens à m’excuser auprès de toutes les personnnes qui ne verront pas leurs commentaires mis en ligne. Mais je vous en remercie, tout de même, et j’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur…

Pour me faire pardonner, je vous offre ma recette de madeleine de Commercy testée ce matin.

Pour 16 madeleines:

4 gros oeufs

130g de farine

130g de sucre

130g de beurre salé

1/2 sachet de levure

I) Préchauffez le four à th.9 (270°)

2)Faites fondre le beurre salé à feu doux dans une casserole ou au four à micro-ondes, puis laissez le tiédir.

3)Dans un saladier, cassez les oeufs et battez les légèrement au fouet. Ajoutez la farine, la levure et le sucre. Mélangez le tout rapidement. Lorsque la pâte est bien lisse, versez-y le beurre fondu et mélangez.

4)Versez une cuillère à soupe de pâte dans chaque alvéole du moule à madeleines (beurré et fariné si besoin). Enfournez quatre minutes les madeleines à mi-hauteur. Ramenez la température à th.7 (210°) et laissez cuire encore quatre minutes.

5)Faites de même avec l’autre fournée.

6)Démoulez aussitôt.

madeleine1.jpg

Je tiens à préciser que cette recette, est tirée d’un site internet, mais malheureusement je ne me souviens plus lequel.

Bon appétit.

Bisous

Publié dans : cuisine | le 12 août, 2009 |7 Commentaires »

Parfums en folie!

Coucou,

Ca va ce matin pour vous? Moi j’ai c’est la grande forme! Le ciel est gris, les oiseaux ne chantent pas, mais je sens terriblement bon…

Et oui! Comme chaque matin, mon dernier geste beauté est de me parfumer. J’avoue que je pourrai faire l’impasse sur le démaquillage, même sur la coiffure. Mais le parfum : HORS DE QUESTION! C’est le meilleur ami de la femme.Un mec ne retiendra jamais un type de maquillage, mais une odeur oui. On identifie une personne au parfum qu’elle dégage. Cela est d’autant plus fort, qu’on fonctionne comme cela dès notre plus jeune âge. Un bébé reconnait sa maman dès ses premiers jours, uniquement grâce à son odeur.

Vous pourriez croire, que de ce fait je suis fidèle à une marque, un nom, une odeur, eh bien non! J’en change constamment. J’ai du mal à accepter l’idée que ma senteur va me conditionner, me forger une image. Parce que bien sur, qui dit parfum, dit image. Non? Eh bien si! Si vous portez un parfum très poudré comme Trésor de Lancôme, vous ferez nettement plus femme, qu’avec un Miss Dior (que j’adore aussi), mais qui -par ses notes fleuries – s’apparente davantage aux jeunes filles.

trsor.jpg

C’est pourquoi, je croise de multiples odeurs, pour fabriquer la mienne. Troubler mes interlocuteurs, et leur odorat. Sur mon étagère se cotoient donc : coco mademoiselle de Chanel, Trésor de Lancôme, Hot couture de Givenchy, Euphoria de Calvin Klein, ainsi que ck one et ck in2u de la même maison.

hotcouturegivenchy2947.jpg

cocochanel290609.jpg

Je suis comme vous l’aurait constaté très CK. Grâce à cette marque, je peux tour à tour être: femme, jeune femme, jeune fille en fleur…envoutante ou légère… Leurs parfums proposent toutes les notes que j’aime, c’est pour cela que je suis Ck addict!

ck.jpg

 

euphoria.jpg

ckone.jpg

Bisous à toutes

Publié dans : my life | le 11 août, 2009 |4 Commentaires »

rock & roll Baby

Hello, hello

Bon je ne vais pas commencer mon article comme je le fais très souvent depuis un moment… Je ne vais pas m’excuser encore une fois pour mon abscence prolongée, bien que je ne sois pas très fière de moi… Mais me voilà de retour de vacance, donc je vais être de nouveau disponible pour vous faire partager des posts de qualité (je l’espère en tout cas).

En ce moment – sans doute parce que je traîne beaucoup trop sur la blogosphère – je me sens très très concernée par la mode, et me pose un tas de question sur le style vestimentaire que je voudrai me créer pour la rentrée.

Quand je parle d’un style, je mens! En effet même si je suis en règle générale une fille avec un look plutôt classique, j’ai désormais l’envie de sortir un peu des sentiers battus pour explorer de nouveaux styles, qui feront un nouveau moi.

C’est pour cela que j’ai envie de me forger une image un peu plus rebelle! Bon, en fait, pas de quoi casser trois pattes à un canard, mais un grand pas pour la classico que je suis! En regardant la nouvelle campagne de pub, du comptoir des cotonniers, j’ai craqué sur les tenues vestimentaires complétées par les doc martens!

Je me souviens que lorsque j’étais au collège, je trouvais les heureux propriétaires de ces chaussures trop cool! Mais pour moi, il était inconcevable d’en porter! Et oui, même au collège (enfin surtout) au collège on vous range dans une case et vous n’avez pas le droit d’en sortir sous peine de vous attirer les foudres de nos chers petits camarades.

Donc je me dis que c’est l’occasion ou jamais de tenter l’expérience. Je sais déjà que mon chéri n’accrochera pas, mais enfin… Cela doit d’abord me plaire. Au final, je voudrai arriver à ce genre d’assemblage! 

doc.jpg

doc2.jpg

doc1.jpg

 

Voilà, j’aime tout particulièrement ces trois tenues, mais j’avoue avoir une petite préférence pour la première!

Bisous à toutes!

Publié dans : my clothes | le 10 août, 2009 |2 Commentaires »
1234

CANTERBURY T@LES |
cplespilettes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Blog du niveau intermédiaire
| paroisdedouche
| Gregmontres